Le Domaine du château de Laàs est un endroit insoupçonnable jusqu’à ce qu’on y mette les pieds… Au cœur d’un petit village béarnais aussi typique qu’atypique, c’est un véritable écrin qui se dévoile à vous.
Le voyage commence par la traversée d’un parc à l’anglaise, jalonné d’arbres centenaires aux allures paternelles. Leurs grandes feuilles, à la fois mystérieuses et protectrices vous procurent ombre et fraîcheur. Un écureuil vous observe, Hyde Park n’est plus très loin… C’était sans compter sur l’odeur des roses d’un somptueux jardins à la française qui vous transporte dans un tout autre univers. Régulières allées de buis, bassins et jets d’eau… Jean-Batiste Lully entonne sa symphonie des Plaisirs et vous voilà à Versailles ! Tel un marquis, vous continuez à déambuler quand soudain, la machine à remonter le temps s’emballe …. La renaissance florentine est là, sur cette terrasse dessinée avec précision, surplombant le Gave d’Oloron. Un architecture millimétrée, tant minérale que végétale. L’oxygène envahi avec douceur le large et grand horizon, parfois même clément avec les Pyrénées qui parviennent à se dessiner au loin.
Poussons l’histoire un peu plus loin et descendons au bord du fleuve. Le clapotis de l’eau éveille les sens mais très vite, vous vous sentez de plus en plus petit… Probablement la magie enchanteresse de la forêt de bambous géants qui vous encercle… C’est dans la peau d’un aventurier que vous vous trouvez désormais !
Néanmoins, il est aisé d’atteindre deux magnifiques cabanes en bois, dignes des plus belles paillotes d’Asie du Sud-est. Exotique et pour le moins dépaysant !
Au détour d’une cascade, vous finissez par atteindre un théâtre de verdure. Imaginez votre public et tentez de résister à l’esquisse d’un léger pas de danse ou d’un discret échauffement de voie… Assurément, ces arènes naturelles vous donneront l’âme d’un artiste !
Après tant d’émotions, c’est apaisé que vous pourrez emprunter le sentier romantique et remonter jusqu’à la l’esplanade principale.

Véritablement, les jardins de Laàs sont une invitation. Une évasion.
Dans leur prolongement se dresse une gentilhommière… Elle aussi, vous tend les bras. Ses secrets méritent toute votre attention, et probablement, l’écriture d’un autre chapitre sur la vie de château !

A suivre…

FacebookTwitterGoogle+Partager